Stop au harcèlement

J’ai moi-même expérimenté le harcèlement. Quelques élèves de mon école avaient en effet convenu de tabasser le premier jeune roux se rendant aux toilettes. J’étais celui-là ! Aujourd’hui
je suis professeur. Un jour un élève est venu me rencontrer dans la salle des professeurs.
Il m’a confié qu’on voulait l’obliger, sous peine de sanction par les autres, à tromper son meilleur ami.
Il était terrorisé et en tremblait. Pendant mon cours, j’ai alors raconté ma propre expérience. J’ai demandé à la classe ce qu’elle en pensait. Seul un profond silence m’a répondu. Quelques jours plus tard, j’ai appris que cette menace avait disparu.
Traduit de Neue Stadt par Jean Maure

Tiré de la revue Nouvelle Cité  janvier-février 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *