Avril 2019 : « Si je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez vous aussi vous laver les pieds les uns aux autres ».
(Jean 13, 14)

L’évangéliste Jean place le lavement des pieds au centre du récit des dernières heures passées avec Jésus avant sa mort. Dans l’Orient antique, laver les pieds de l’hôte était une façon de l’accueillir, alors qu’il arrivait le long de routes poussiéreuses, et cette tâche était accomplie par un serviteur.

C’est pour cette raison que les disciples, dans un premier temps, refusent d’accepter ce geste de la part de leur Maître. Ensuite il leur explique :

« Si je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez vous aussi vous laver les pieds les uns aux autres. »

Par cette image significative, Jean nous dévoile la mission entière de Jésus : lui, le Maître et le Seigneur, est entré dans l’histoire humaine pour venir au-devant de chaque être humain, afin de nous servir et de nous amener à la rencontre avec le Père.

Jour après jour, pendant toute sa vie terrestre, Jésus s’est dépouillé de chaque signe de sa grandeur. Il se prépare maintenant à donner sa vie sur la croix. Et c’est justement là qu’il donne comme consigne, comme héritage à ses disciples, la parole qui lui tient le plus à cœur :

« Si je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez vous aussi vous laver les pieds les uns aux autres. »

C’est une invitation claire et simple. Nous pouvons tous la comprendre et la mettre en pratique immédiatement, dans toute situation, dans tout contexte social et culturel.

Les chrétiens, qui reçoivent la révélation de l’Amour de Dieu à travers la vie et les paroles de Jésus, ont une « dette » envers les autres : imiter Jésus en accueillant et en servant leurs frères, pour annoncer, à leur tour, l’Amour. Comme Jésus : d’abord aimer concrètement, puis accompagner le geste de paroles d’espérance et d’amitié.

Et le témoignage est d’autant plus efficace que nous portons attention aux pauvres dans un esprit de gratuité, en refusant toute attitude servile envers ceux qui détiennent le pouvoir et le prestige.

Même face à des situations complexes, tragiques, dont les solutions nous échappent, il y a quelque chose que nous pouvons et devons faire pour contribuer au « bien » : nous salir les mains, sans attendre aucune récompense, mais avec générosité et responsabilité.

En outre, Jésus nous demande de témoigner de l’Amour non seulement personnellement, dans nos lieux de vie, mais aussi en tant que communauté, comme peuple de Dieu, dont la loi fondamentale est l’amour réciproque.

« Si je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez vous aussi vous laver les pieds les uns aux autres. »

Après ces paroles, Jésus poursuit : « C’est un exemple que je vous ai donné : ce que j’ai fait pour vous, faites-le vous aussi. […]  Sachant cela, vous serez heureux si du moins vous le mettez en pratique 1. »

Dans un commentaire de cette parole de vie, Chiara Lubich écrivait : « “Vous serez heureux” ! Le service réciproque, l’amour mutuel que Jésus enseigne par ce geste déconcertant, est donc une des béatitudes qu’il nous enseigne. Comment vivre alors cette parole pendant ce mois ? Jésus ne nous demande pas de répéter son geste sans réfléchir, même si ce geste doit rester devant nous comme un exemple lumineux et incomparable. Imiter Jésus signifie comprendre que nous, chrétiens, nous avons du sens si nous vivons « pour » les autres, si nous concevons notre existence comme un service envers nos frères, si nous établissons notre vie sur cette base. Alors nous aurons réalisé ce qui tient le plus au cœur de Jésus. L’Évangile sera au centre de notre vie. Nous serons vraiment heureux 2 !

1 Jn 13,15.17

2 D’après Chiara Lubich, Parole de vie d’avril 1982, in Parole di Vita (Opere di Chiara Lubich 5, Città Nuova, Rome 2017), pp. 233,235

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *