Mai 2017 : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps »
(Matthieu 28, 20)

Commentaire de Letizia Magri

À la fin de son Évangile, Mathieu raconte les derniers événements de la vie terrestre de Jésus : Il est ressuscité et a mené sa mission à son terme. Il a annoncé l’amour de Dieu qui régénère chacun et permet la fraternité entre les hommes. Pour l’évangéliste, Jésus est « le Dieu avec nous », l’Emmanuel promis par les prophètes et attendu par le peuple d’Israël.

Avant de retourner au Père, Jésus rassemble ses disciples et leur confie la poursuite de son œuvre.

Entreprise difficile ! Mais le Seigneur les rassure : il leur promet sa présence chaque jour « jusqu’à la fin des temps » pour les accompagner et les encourager.

Avec son aide, ils seront ses témoins. Alors beaucoup pourront le rencontrer à leur tour, vivre son commandement d’amour et former le nouveau peuple de Dieu.

On pourrait dire que la joie de Dieu est de se tenir à côté de chacun de nous chaque jour jusqu’à la fin de notre histoire personnelle et de celle de l’humanité.

Où pouvons-nous le rencontrer ?

Chiara Lubich affirmait : « Jésus est là, au coin de la rue, à côté de moi, de nous. Il se cache dans ceux qui sont démunis, méprisés, les petits, les malades, ceux qui ont besoin de conseils, ceux qui sont privés de liberté. Il est en tous ceux qui n’ont plus apparence humaine, dans les marginaux et il dit : “J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger” 1. Apprenons à découvrir où il se trouve 2. »

Il est présent dans sa Parole et, si nous la mettons en pratique, elle renouvelle notre vie. Il est présent dans l’eucharistie et dans son Église. Il est présent quand nous faisons naître la concorde autour de nous 3.

« Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps » : que d’espérance nous donne cette promesse ! Quel encouragement à le rechercher sur notre route ! Ouvrons notre cœur et nos mains à l’accueil et au partage, personnellement et dans nos communautés : familles, églises, lieux de travail, associations civiles et religieuses. Jésus nous émerveillera de sa joie et de sa lumière, signes de sa présence.

Alors nous ferons peut-être nous aussi une expérience comme celle-ci :

« Ma belle-mère a une grande affection pour son fils, au point d’être un peu jalouse de moi. Or il y a un an, elle est tombée gravement malade. Du coup, il lui fallait une aide à domicile et des soins, que ma belle-sœur, sa fille, n’était pas en mesure de lui donner.

« À peu près à cette époque, j’ai participé à une rencontre d’été des focolari, où j’ai découvert l’amour de Dieu. Ma vie en a été bouleversée ! En rentrant, mon mari et moi avons décidé d’accueillir ma belle-mère à la maison, sans aucune crainte. La lumière reçue me donnait un regard nouveau. Je savais désormais que c’est Jésus que je soignais et assistais en elle. À ma grande surprise, elle a accueilli avec amour chacun de mes gestes pendant cette longue période.

« Après des mois de souffrances, elle est partie auprès de Dieu dans la sérénité, en laissant une grande paix dans le cœur de chacun. »

Ce mois-ci, levons-nous chaque matin avec cette pensée : « Aujourd’hui je voudrais découvrir où Dieu désire me rencontrer. »

Letizia Magri

1  Mt 25,35.

2  D’après Chiara Lubich, Découvrir Dieu proche (parole de vie de juin), Città Nuova, 26 [1982], 10, p. 44.

3  Cf. Mt 18,20.