Décembre 2013 : « Que le Seigneur fasse croître et abonder l’amour que vous avez les uns pour les autres et pour tous. » (1 Thessaloni)

Dans cette phrase, Paul, une fois de plus, souhaite et demande à Dieu, pour les
communautés qu’il a fondées, des grâces spéciales (cf. Éphésiens 3,18 ;
Éphésiens 1, 9 ; etc.).
Ici, pour les Thessaloniciens, il demande celle de toujours croître et abonder
dans l’amour réciproque. Il ne s’agit pas d’un reproche en termes voilés, comme
si l’amour réciproque n’était pas présent dans leur communauté ; c’est plutôt un
rappel qu’il existe une loi inhérente à l’amour lui-même : il doit toujours
grandir.

« Que le Seigneur fasse croître et abonder l’amour que vous avez les uns pour
les autres et pour tous ».
Si l’amour, centre de la vie chrétienne, ne progresse pas, toute la vie du
chrétien s’en ressent ; elle perd sa force et peut finir par s’éteindre.
Il ne suffit pas de comprendre dans la lumière le commandement de l’amour du
prochain ni même d’expérimenter l’enthousiasme que l’amour suscite lorsque l’on
commence à se convertir à l’Évangile. Il faut le faire grandir en le maintenant
toujours vivant, actif, agissant. Et cela se réalisera si l’on sait profiter,
avec toujours plus de promptitude et de générosité, des multiples occasions que
nous offre la vie.

« Que le Seigneur fasse croître et abonder l’amour que vous avez les uns pour
les autres et pour tous ».
Pour Paul, les communautés chrétiennes devraient avoir la fraîcheur et la
chaleur d’une véritable famille.
L’apôtre veut donc les mettre en garde contre les dangers les plus fréquents :
l’individualisme, la superficialité, la médiocrité.
Cependant, il veut aussi prévenir un autre risque, étroitement lié aux
précédents : celui de s’abandonner à une vie ordinaire et tranquille, repliée
sur elle-même.
Il veut des communautés ouvertes, où règne non seulement l’amour entre ceux qui
ont la même foi, mais aussi un amour tourné vers tous les autres, sensible aux
soucis, aux difficultés et aux nécessités de tous. C’est en effet le propre de
l’amour que de savoir accueillir chacun, quel qu’il soit, de construire des
ponts, en sachant saisir le positif, et en unissant nos désirs et nos efforts en
vue du bien à ceux de tous les hommes de bonne volonté.

« Que le Seigneur fasse croître et abonder l’amour que vous avez les uns pour
les autres et pour tous ».
Alors, comment vivrons-nous la parole de vie ce mois-ci ? En cherchant à grandir
nous aussi dans l’amour réciproque au sein de nos familles, dans nos milieux de
travail, dans nos communautés ou associations ecclésiales, les paroisses, etc.
Cette parole nous demande un grand amour, qui sache dépasser les mesures
médiocres et surmonter les divers obstacles dus à notre égoïsme dur à secouer.
Il nous suffira de penser à certains aspects de l’amour pour découvrir de
nombreuses occasions de le vivre : tolérance, compréhension, accueil mutuel,
patience, disponibilité pour se mettre au service, miséricorde envers les
manques véritables ou présumés de notre prochain, mise en commun des biens
matériels, etc.
Bien sûr, si dans notre communauté règne ce climat d’amour réciproque,
sa chaleur ne manquera pas de rayonner autour de nous. Même ceux qui ne
connaissent pas encore la vie chrétienne seront attirés par elle et, sans
presque s’en rendre compte, se laisseront facilement entraîner au point de se
sentir membres d’une même famille.

* Parole de Vie publiée en 1994