Novembre 2001 : « Vous serez haïs de tous à cause de mon nom ; mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. » (Lc 21, 17-18)

Luc écrit son Évangile à une époque de persécutions. Mais, comme toute parole de Dieu, ces versets s’adressent aux chrétiens de tous les temps et concernent leur vie de chaque jour. Ils contiennent un avertissement et une promesse. L’avertissement regarde la vie présente, la promesse plutôt la vie future. L’histoire de l’Église ainsi que l’histoire personnelle de ceux qui s’efforcent d’être de fidèles disciples du Christ sont ponctuées d’illustrations des deux volets de cette parole.
Il est normal que ceux qui suivent le Christ soient haïs. C’est la destinée du chrétien cohérent. Il n’y a pas à se bercer d’illusions et Paul nous le rappelle : « Tous ceux qui veulent vivre avec piété dans le Christ Jésus seront persécutés. » 1
Jésus nous en donne la raison : « Si vous apparteniez au monde, le monde vous aimerait car vous seriez à lui ; mais vous n’appartenez pas au monde puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde et voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. »2
La façon de vivre du chrétien sera toujours en contradiction avec une société qui refuse les valeurs de l’Évangile. Cette opposition peut déboucher sur une persécution plus ou moins larvée ou sur une indifférence qui fait souffrir.

« Vous serez haïs de tous à cause de mon nom ; mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. »

Nous voilà donc prévenus. Lorsque, d’une manière qui nous semble incompréhensible, contre toute logique et tout bon sens, nous recevons de la haine en échange de l’amour que nous avons cherché à donner, nous ne devrions pas être étonnés, désorientés ou scandalisés par cette « récompense ». Ce n’est que la manifestation de l’opposition qui existe entre l’homme égoïste et Dieu. Mais cela nous garantit aussi que nous sommes sur la bonne route, celle qu’a parcourue le Maître. C’est donc le moment de se réjouir et d’exulter.
C’est bien ce que veut Jésus : « Heureux êtes-vous lorsque l’on vous insulte, que l’on vous persécute… à cause de moi. Soyez dans la joie et l’allégresse. »3
Oui, ce qui doit alors dominer dans notre cœur, c’est la joie, cette joie caractéristique des vrais chrétiens, leur habit en quelque sorte. Mais nous avons aussi, ne l’oublions pas, de nombreux amis parmi nos frères et sœurs dans la foi, et leur amour est pour nous source de consolation et de force.

« Vous serez haïs de tous à cause de mon nom ; mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. »

Mais la phrase contient aussi une promesse : « Pas un cheveu de votre tête ne sera perdu ». Que veulent dire ces paroles ? Jésus reprend ici un passage du Livre de Samuel4 et l’applique au sort final de ses disciples. Il veut nous rassurer : malgré de vraies souffrances, de réelles difficultés dues aux persécutions, nous sommes en sécurité entre les mains de Dieu qui est pour nous un Père, connaît tout de nous et ne nous abandonnera jamais.
En affirmant qu’aucun cheveu de notre tête ne sera perdu, il veut nous donner la certitude qu’il prendra lui-même en charge chacune de nos préoccupations, aussi minime soit-elle, concernant notre vie, ceux qui nous sont chers et tout ce qui nous tient à cœur. Combien de martyrs, connus ou ignorés, ont puisé dans les paroles de Jésus la force et le courage d’affronter les privations de leurs droits, les divisions, les rejets, le mépris et jusqu’à la mort violente, en étant certains que l’amour de Dieu permet toutes choses pour le bien de ses enfants !

« Vous serez haïs de tous à cause de mon nom ; mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. »

Si nous nous sentons harcelés par la haine ou la violence, à la merci d’abus de pouvoir, Jésus nous a indiqué quelle attitude adopter : aimer nos ennemis, faire du bien à ceux qui nous haïssent, bénir ceux qui nous maudissent, prier pour ceux qui nous maltraitent.
Il faut contre-attaquer et vaincre la haine par l’amour.
De quelle manière ?
En aimant en premier. Attentifs à ne « haïr » personne, pas même de façon subtile ou cachée. Car au fond, ce monde qui refuse Dieu a besoin de lui et de son amour. Et il est capable de répondre à son appel.
Pour conclure, comment vivre cette Parole de vie ?
En étant heureux de nous découvrir dignes de la haine du monde. Cela nous donne la garantie d’être d’authentiques disciples de Jésus qui mettent de l’amour justement là il y a la haine.