Veilleurs de fraternité

Il m’arrive souvent de rencontrer à la messe une dame âgée avec qui j’échange quelques mots. Durant le confinement, j’ai pris de ses nouvelles. Elle était toute surprise de mon appel et aussi très heureuse car elle connaissait un grand isolement. Habitant seule, elle recevait quelques appels de ses enfants dans la semaine mais le reste du temps, ne voyait ni ne parlait à personne. Sa situation m’a émue. J’en ai parlé aux « veilleurs » de la paroisse, des personnes disponibles pour entretenir des liens entre tous. Lorsque j’ai rappelé cette dame, elle m’a raconté que des personnes l’appellent régulièrement (une maman lui téléphone trois fois par semaine !). Même si je ne peux pas faire plus, j’ai dans le cœur la joie d’avoir permis cette mise en lien, discrète, qui crée une nouvelle chaîne d’amour.

Isabelle G.

Tiré de la revue Nouvelle Cité  juillet-août 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *