Des grands-parents de coeur

Étudiante en Autriche, j’ai commencé par habiter dans une famille d’accueil où je devais souvent surveiller les enfants. Très souvent nous visitions ensemble les grands-parents.
Ceux-ci m’ont toujours manifesté un profond respect et beaucoup de considération, s’intéressant à mon pays d’origine, l’Albanie. Puis j’ai trouvé un autre logement. Et il a fallu faire face au déménagement. En raison de toutes ces occupations, je n’ai pas pu dire au revoir aux grands-parents. Mais un matin mon téléphone a sonné. C’était le grand-père qui me disait : « Quoi qu’il t’arrive et quel que soit ton chemin, sache que tu as toujours des grands-parents en Autriche ! » J’étais tellement émue que j’en pleurais presque.
C’était comme si Dieu voulait me dire : « Tu vois, je ne t’abandonnerai jamais ! »
Traduit de Neue Stadt par Jean Maure

Tiré de la revue Nouvelle Cité  mai-juin 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *