Le bon choix

J’héberge assez souvent des personnes étrangères sans papiers qui se trouvent provisoirement à la rue sans logement.

J’héberge assez souvent des personnes étrangères sans papiers qui se trouvent provisoirement à la rue sans logement. Ce jour-là, je profitais du seul moment disponible de la semaine pour monter un trampoline que j’avais acheté pour mes petits-enfants. J’étais énervé car je n’y arrivais pas.
À ce moment, le jeune Congolais qui logeait chez moi est venu me trouver pour me signaler que ma photocopieuse n’avait plus d’encre et qu’il était bloqué pour imprimer un rapport. J’ai hésité quelques instants entre les deux urgences, puis j’ai pris ma voiture pour aller acheter des cartouches d’encre à la ville distante de dix kilomètres. À mon retour, il m’a ouvert la porte avec un grand sourire en me disant qu’il avait fini d’installer le trampoline sans difficulté. Je l’ai remercié vivement ainsi que le Seigneur de m’avoir aidé à faire le bon choix. Le lendemain, en partant, il m’a dit « Que Dieu te bénisse » en guise de remerciements. Cette parole m’a procuré du bonheur pour toute la journée.
Gabriel

Tiré de la revue Nouvelle Cité  juillet-août 2018