Réclamation

Je me présente à la petite agence SNCF place d’Italie, à Paris, et je tombe sur une petite affiche : « fermé à partir de 16 h ». Il n’est pourtant pas […]

Je me présente à la petite agence SNCF place d’Italie, à Paris, et je tombe sur une petite affiche : « fermé à partir de 16 h ». Il n’est pourtant pas 16 h ! D’autres personnes arrivent dont une dame âgée. Aussi je me permets d’interpeller aussi gentiment que possible des agents qui sont à l’intérieur : ne pourrait-on pas être plus précis ? Si la fermeture de l’agence est affichée à 16 h, pourquoi refuser des clients avant ?…

Mais rien. On m’indique tout simplement que la gare la plus proche est Paris-Austerlitz ! J’y vais. Une fois l’opération faite, je m’apprête à quitter la gare… Mais ne serait-ce pas faire un acte d’amour que de remplir un formulaire dit « de réclamation » pour signaler l’incident de l’agence ? Ça ne me dit rien pourtant. Ne s’agit-il pas d’une bricole ? Mais, non, il me semble qu’il s’agit d’une voix intérieure… et qui se fait insistante. Alors, je m’approche d’un autre guichet et confie ma demande. Le jeune comprend fort bien et va me chercher un formulaire.

Je le remplis, non sans le compléter par mon allégeance à la SNCF pour tout ce qu’elle fait pour le meilleur service des voyageurs. Je le fais lire au guichetier… lequel me répond : « C’est tout à fait correct : il n’y a rien d’injurieux ! » Je continue mon chemin le cœur léger.