« fais-toi un avec l’autre, un autre Jésus »

Ce vendredi de soleil accablant, je revenais d’un lieu un peu éloigné de chez moi. J’y allais souvent pour superviser les travaux de construction.

Ce vendredi de soleil accablant, je revenais d’un lieu un peu éloigné de chez moi. J’y allais souvent pour superviser les travaux de construction sur le chantier de mon grand frère. Ce jour là après quelques kilomètres à moto sur le chemin de retour et alors que je devais vite rejoindre mon poste à 15h00 dans une institution de la place où j’étais en période d’essai ; ce qui signifie bonne conduite et ponctualité ; je rencontre cette vielle dame solitaire qui habite juste à coté du ce chantier et chez qui ont gardais souvent les matériaux, de retour de son petit commerce qui lui faisait vivre.je sentis tout de suite sa souffrance due au poids qu’elle portait et ce chaud soleil. Il était déjà 14H45, donc j’avais peu de temps pour aller mangé et peut être me changé avant de partir. Pour cela je suis passé sous silence et en vitesse. Mais après une bonne distance en m’éloignant, une voie intérieure me rappelle ces paroles : « fais-toi un avec l’autre, un autre Jésus » ; alors au fonds de moi je me pose des questions.oui, j’ai remarqué sa souffrance et je compatis mais est ce que je l’ai vraiment partagé? La réponse négative à cette question me fit retourner la prendre et la ramena chez elle. Et voilà j’étais en retards. Donc j’ai juste pris le temps de jeter quelque chose dans ma bouche et couru rejoindre le boulot qui m’attendait déjà depuis plus de 30mn. Grace divine, à mon arrivé je remarque mes collègues étaient devant les bureaux. Alors tout surpris je demande ce qui n’allait pas et là on me fit savoir que le chef chargé d’ouvrir n’était pas encore arrivé pour une raison inconnue. Alors je ne vous dit pas avec quelle rapidité ma sérénité étais revenue. Je compris donc combien un acte d’amour ne restait jamais indifférant à Dieu.
Gilles TCHEY(Kara-TOGO)