Mariage

Avec tous nos enfants, rassemblés chez nous, nous préparons le mariage religieux de l'un d’entre eux et de sa future épouse.

Avec tous nos enfants, rassemblés chez nous, nous préparons le mariage religieux de l’un d’entre eux et de sa future épouse. Mon mari me fait remarquer en aparté qu’il serait plus approprié de ne faire chanter en solo l’animatrice (une personne très proche) qu’à quelques moments de la messe, de peur que ses prestations ne se transforment en spectacle et qu’on en oublie le sens profond. Maugréant d’abord, pensant que c’est « leur messe de mariage », je me rallie à l’idée que chanter ensemble pour Dieu signifie davantage l’idée d’une « communion ». Un soir, alors que notre fils me communique les textes de la liturgie de leur célébration, je cherche à lui dire ce que nous pensons. Il le prend mal et nous nous quittons sur ce désaccord. Alors, dans mon coeur je fais un pacte de miséricorde, m’engageant à le voir totalement neuf le lendemain matin. Le jour suivant, nous nous levons à 6 h pour les accompagner à l’aéroport. Au moment de nous quitter, notre fils me glisse à l’oreille qu’il s’excuse pour l’autre soir. L’amour a eu le dernier mot !

Tiré de la revue Nouvelle Cité mai-juin 2015