Grève providentielle

En ouvrant mon ordinateur, je trouve un appel au secours d’une amie du groupe « Parole de vie ». Elle a été agressée en Grèce, n’a plus de portable et me demande […]

En ouvrant mon ordinateur, je trouve un appel au secours d’une amie du groupe « Parole de vie ». Elle a été agressée en Grèce, n’a plus de portable et me demande par mail un prêt de 2 500 € pour régler son hôtel, l’hôpital et rentrer d’urgence. Cela ne m’arrange pas vraiment… J’essaie d’en savoir plus, nous
échangeons plusieurs messages car elle ne peut pas téléphoner – bien que se trouvant à Athènes, où j’ai vérifié que l’adresse donnée est celle d’un hôtel. Ses demandes se font pressantes, je repense au mot reçu ce jour – « Se comporter en frères » – et décide d’envoyer 2 000 €. Mais quand je me présente au guichet, un écriteau m’apprend que ce service est en grève. J’exprime mon mécontentement et on m’indique un autre organisme, auquel je me rends. Là, les employés n’acceptent ni chèque, ni carte de paiement… J’essaie de les attendrir en racontant le cas de mon amie. Stupeur ! « C’est une arnaque bien connue, s’écrient-ils. Le carnet d’adresses de votre amie a été piraté et des escrocs essaient de soutirer
de l’argent à ses relations. Surtout, exigez de lui parler avant d’agir ! » Je rentre chez moi où j’ai rapidement la confirmation du piratage. Moralité : vouloir se comporter en frère (ou soeur) sans en référer à d’autres frères n’est pas prudent. Des frères grévistes m’ont heureusement évité un gros ennui. La providence peut prendre des visages inattendus…