Dialogue en TER

L’autre jour, le TER était bondé : plus une seule place, si ce n’est près d’une jeune femme voilée.

L’autre jour, le TER était bondé : plus une seule place, si ce n’est près d’une jeune femme voilée. Je remarque qu’elle lit un livre sur Dieu et le Coran. Je reste en silence, en commençant à réciter le chapelet. Tout à coup, elle me dit : « J’ai peur, je n’ai pas composté mon billet en partant, le contrôleur arrive ! » Je lui réponds : « Ne vous préoccupez pas, tout va bien se passer. » Elle tend son billet et l’aimable contrôleur le lui composte sans commentaire. Nous échangeons nos prénoms et commençons à parler de divers sujets. Au bout d’un moment, elle me dit : « Comme c’est rare que quelqu’un me parle ainsi, les gens sont souvent renfermés, on ne peut pas communiquer, tandis que vous, vous n’avez pas peur, vous me semblez vraie. » Tous les sujets y passent : la société, l’avenir des jeunes, la politique, le travail, l’éducation, pour finir sur la religion. Et là, la jeune femme se met à me parler avec son coeur de la beauté de la religion musulmane et moi de la beauté de la religion catholique. Nous nous apercevons que notre Idéal de vie se rejoint en Dieu incarné dans des cultures différentes. Lorsque vient le moment de se séparer, je lui donne Nouvelle Cité. Elle est enchantée de voir qu’on y parle positivement des musulmans.