Décembre 2012 : « À ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu » (Jn 1,12)

Voilà la grande nouveauté que Jésus a annoncée et donnée à l’humanité : nous
sommes de la famille de Dieu, nous devenons enfants de Dieu par la grâce.
Comment et à qui cette grâce est-elle donnée ? À  » ceux qui l’ont reçu  » et à
tous ceux qui le reconnaîtront au cours des siècles. Il faut l’accueillir dans
la foi et dans l’amour, en croyant que Jésus est notre Sauveur.
Essayons de comprendre profondément ce que signifie être enfant de Dieu.
Il suffit de regarder Jésus, le Fils de Dieu et de voir quelle relation il a
avec le Père. Jésus priait son Père comme dans le  » Notre Père ». Pour lui le
Père était “ Abba ”, c’est-à-dire le papa auquel il s’adressait sur un ton
d’intimité, de confiance infinie et d’immense amour.
Mais puisque c’est pour nous qu’il était venu sur terre, il n’a pas voulu
bénéficier à lui seul de ce privilège. En mourant pour nous, en nous sauvant, il
nous a faits enfants de Dieu. Nous sommes devenus ses frères et ses sœurs et il
nous a permis, à nous aussi, par l’Esprit Saint, d’être introduits au sein de la
Trinité. Nous pouvons ainsi faire nôtre sa divine invocation : “ Abba, Père ! ”
(Mc 14,36 – Rm 8,15), “ Papa, mon papa ”, notre papa, avec tout ce que cela
comporte : certitude d’être protégé, sécurité, abandon à son amour, consolations
divines, force et ardeur, une ardeur qui naît dans le cœur de celui qui est
certain d’être aimé.

“À ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de
devenir enfants de Dieu” (Jn 1,12).

C’est la foi, le baptême et la vie de la grâce qui en découle, qui nous font
être “ un ” avec le Christ et, avec lui, fils dans le Fils.
Dans ce passage de l’Évangile, une parole nous révèle le dynamisme profond de
cette “ filiation ” à réaliser jour après jour : “ devenir enfants de Dieu ”.
Nous grandissons, nous devenons enfants de Dieu, dans la mesure où nous
apprenons à correspondre au don qu’il nous fait, en nous conformant à sa volonté
toute entière concentrée dans le commandement de l’amour : amour envers Dieu et
envers nos frères.
Accueillir Jésus revient en fait à le reconnaître en chacun de nos prochains. Et
ils auront, à leur tour, la possibilité de le reconnaître et de croire en lui,
s’ils perçoivent dans notre amour pour eux, un trait, une étincelle de l’amour
infini du Père.

“À ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de
devenir enfants de Dieu” (Jn 1,12).

En ce mois de décembre, qui nous rappelle tout particulièrement la naissance de
Jésus sur la terre, essayons de nous accueillir les uns les autres, en
reconnaissant et en servant en chacun le Christ lui-même.
Nous verrons alors s’instaurer entre nous et le Père une réciprocité d’amour,
nous connaîtrons la vie même qui lie le Fils au Père dans l’Esprit et nous
sentirons constamment monter de nos cœurs l’invocation de Jésus : “ Abba,
Père ”.