Octobre 2012 : « Sur ta parole, je vais jeter les filets. » (Lc 5,5)

Après avoir parlé à la foule, Jésus prit place dans la barque de Simon, puis il lui dit, ainsi qu’à ses compagnons, de jeter leurs filets dans le lac. Tout en indi­quant qu’ils avaient peiné en vain toute la nuit, Simon déclara : «Sur ta parole, je vais jeter les filets».
Une fois jetés, les filets se remplirent tellement de poissons qu’ils se rompaient. D’autres compagnons vinrent alors les aider. Ils remplirent eux aussi leurs barques au point qu’elles cou­laient presque. Simon, très sur­pris, comme Jacques et Jean, ses compagnons, se jeta alors aux pieds de Jésus en le priant de s’éloigner du pécheur qu’il était. Mais Jésus lui dit de ne pas avoir peur : désormais il sera pêcheur d’hommes. A partir de ce mo­ment-là, Simon, Jacques et Jean devinrent ses disciples.
Tel est le récit de la pêche miraculeuse, qui symbolise la future mission des apôtres. Le comportement de Pierre est un modèle non seulement pour les autres apôtres et pour ceux qui leur succèderont, mais aussi pour chaque chrétien.

«Sur ta parole, je vais jeter les filets»

Après une nuit infructueuse, Pierre, pêcheur expérimenté, au­rait pu sourire et refuser l’invi­tation de Jésus à jeter les filets en plein jour, au moment le moins propice. Au contraire, sans s’arrêter à son propre raisonnement, il fait confiance à Jésus.
C’est dans une telle situation que peut se trouver tout croyant aujourd’hui encore, justement parce qu’il est croyant. En effet sa foi est si souvent mise à l’épreuve.
Suivre le Christ implique décision, engagement et persévérance alors que tout, dans notre monde, nous invite au relâchement, à la médiocrité, au laisser-aller. Pour le chrétien qui veut suivre l’Evangile, la tâche semble trop grande, impossible à atteindre et d’a­vance vouée à l’échec.
C’est pourquoi il faut trouver la force de continuer à avancer, de résister au milieu ambiant, au contexte social, à ses propres amis, aux mass-médias…
C’est une rude épreuve à affronter chaque jour, et même heure par heure.
Cependant, en y faisant face et en l’accueillant, elle servira à nous faire mûrir en tant que chrétiens. Nous constaterons que les paroles de Jésus sont vraies, que ses promesses se réalisent, et qu’on peut se lancer dans une aventure divine tellement plus fascinante que toutes celles que nous pourrions imaginer.
Alors que dans ce monde, la vie est si souvent sans intérêt et infructueuse, Dieu comble de tout bien celui qui le suit : le centuple en cette vie et la vie éternelle en plus. C’est la pêche miraculeuse qui se re­nouvelle.

«Sur ta parole, je vais jeter les filets »

Comment mettre cette Parole en pratique ?
En faisant nous aussi le choix de Pierre : «Sur ta parole…». Avoir confiance en sa Parole sans mettre en doute ce qu’il demande. Plus encore : fonder notre comportement, nos activités, notre vie sur sa Parole.
Nous établirons ainsi notre existence sur ce qui existe de plus solide et de plus sûr. Nous constaterons, avec étonnement, que c’est justement là où toute ressource humaine vient à man­quer que Jésus intervient, et que là où c’est humainement impossible, naît la vie.