Juillet 2012 : « À celui qui a, il sera donné, et il sera dans la surabondance ; mais à celui qui n’a pas, même ce qu’il a lui sera retiré » (Mt 13,12)

C’est par ces mots que Jésus répond à ses disciples qui lui demandent pourquoi il parle en paraboles. Il leur explique qu’il n’est pas donné à tous de connaître les mystères du royaume des cieux, mais seulement à ceux qui sont disposés à accueillir et à vivre ses paroles.
Parmi ceux qui l’écoutent, en effet, certains ferment volontairement leurs yeux et leurs oreilles : “…ils regardent sans regarder et…ils entendent sans entendre ni comprendre” (Mt 13,13). Ils voient Jésus et l’écoutent, mais, pensant déjà connaître toute la vérité, ils ne croient ni à ses paroles ni aux actes qui les confirment. Ainsi, ils finissent par perdre même le peu qu’ils ont.

“À celui qui a, il sera donné, et il sera dans la surabondance ; mais à celui qui n’a pas, même ce qu’il a lui sera retiré.”

Que veut donc dire Jésus ? Il nous invite à ouvrir notre cœur à l’annonce de sa Parole, dont il nous demandera de rendre compte à la fin de notre vie.
Les écrits évangéliques nous montrent que l’annonce de cette Parole est au centre de tous les désirs et de toute l’activité de Jésus.
Nous le voyons se rendre de village en village, sur les places, dans les campagnes, dans les maisons, dans les synagogues, pour annoncer le message du salut. Il s’adresse à tous, mais surtout aux pauvres, aux humbles, aux laissés pour compte.
Il compare sa Parole à la lumière, au sel, au levain, à un filet qu’on jette dans la mer, à la graine que l’on sème ; et il donnera sa vie pour que se propage le feu que contient la Parole.

“À celui qui a, il sera donné, et il sera dans la surabondance ; mais à celui qui n’a pas, même ce qu’il a lui sera retiré.”

A partir de la Parole qu’il annonce Jésus s’attend à la transformation du monde. En conséquence, il n’accepte pas que face à cette annonce on reste neutre, tiède ou indifférent. Il n’admet pas qu’un aussi grand don, une fois reçu, demeure improductif.
Et pour souligner cette exigence, Jésus réaffirme l’une de ses lois, base de toute la vie spirituelle : si quelqu’un met sa Parole en pratique, il le fera participer de plus en plus aux richesses et aux joies du royaume de Dieu ; alors que si quelqu’un néglige cette Parole, Jésus la lui enlèvera et la confiera à d’autres pour qu’elle porte du fruit.

“À celui qui a, il sera donné, et il sera dans la surabondance ; mais à celui qui n’a pas, même ce qu’il a lui sera retiré.”

Cette Parole de vie nous met donc en garde contre une faute grave : accueillir l’Évangile seulement comme un objet d’étude, d’admiration ou de discussion, sans le mettre en pratique.
Jésus s’attend à ce que nous sachions accueillir sa Parole et que nous l’incarnions en nous, la faisant devenir cette force qui pénètre toutes nos activités. Ainsi, par le témoignage de notre vie, elle sera cette lumière, ce sel, ce levain, qui peu à peu transforme la société.
Choisissons pour ce mois l’une des Paroles de vie de l’Évangile et mettons-la en pratique. Ainsi, nous enrichirons notre joie d’une autre joie.