Juillet 2006 : « Le Seigneur est proche de tous ceux qui l’invoquent, de tous ceux qui l’invoquent vraiment » (Ps 145 (144))

Le poème (ou psaume) d’où est tirée cette Parole de vie est tout entier un hymne de louange à Dieu. Rien n’échappe à son grand amour : il enveloppe l’univers entier et se penche sur tout être vivant, sur la moindre de ses créatures.
La créature, quant à elle, est dépeinte comme invoquant son Seigneur pour sa nourriture et les nécessités de la vie. Et Dieu ouvre ses mains avec générosité. Il prend soin de tous, soutenant celui qui est faible et redressant celui qui fléchit. Il remet sur le droit chemin celui qui s’était égaré.

« Le Seigneur est proche de tous ceux qui l’invoquent, de tous ceux qui l’invoquent vraiment. »

Loin d’être un Dieu absent, lointain, indifférent au sort de l’humanité, le Seigneur est attentif au sort de chacun d’entre nous. Nous le constatons bien souvent. Pourtant, il nous arrive parfois de nous sentir abandonnés, seuls, fragiles, désemparés face à des situations qui nous dépassent.
Voilà que naissent en nous des sentiments de révolte ou d’antipathie, voire de haine, envers certaines personnes. Des situations sans issue depuis des années, en famille ou dans notre milieu de travail, nous oppressent. Nous nous sentons l’objet de méfiances – petites ou grandes – de jalousies, d’envies, victimes de tyrannies. Ou bien encore nous avons l’impression d’étouffer dans un monde endurci par les passions et le carriérisme, en manque d’idéal, de justice et d’espérance.
Notre cœur semble crier : « Seigneur, où es-tu ? ». « M’aimes-tu vraiment ? Nous aimes-tu réellement ? Mais alors, pourquoi tout cela arrive-t-il ? »
Et voilà que la Parole de vie éveille en nous une certitude : nous ne sommes jamais seuls.

« Le Seigneur est proche de tous ceux qui l’invoquent, de tous ceux qui l’invoquent vraiment. »

Cette parole nous invite à raviver notre foi : Dieu existe et il m’aime. Je peux et je dois le réaffirmer en chacune de mes actions, devant chaque événement : Dieu m’aime. Je rencontre une personne ? Je dois croire que Dieu a quelque chose à me dire à travers elle. Je me consacre à un travail ? Je continue à ce moment-là à avoir foi en son amour. Une souffrance survient ? Je crois que Dieu m’aime. Arrive une joie ? Dieu m’aime.
Il est ici avec moi, il est toujours avec moi, il sait tout de moi et partage chacune de mes joies, de mes pensées, de mes désirs, il porte avec moi chaque préoccupation, chacune de mes épreuves.

« Le Seigneur est proche de tous ceux qui l’invoquent, de tous ceux qui l’invoquent vraiment. »

Comment raviver cette certitude ? Voici quelques suggestions.
Puisqu’il nous le demande : invoquons-le ! Le Seigneur était bien dans la barque de Pierre quand la tempête s’est déchaînée, mais les disciples se sentaient seuls et sans défense, parce que Jésus dormait. Ils l’appelèrent : « Seigneur, au secours, nous périssons ! » et il calma le vent et la mer.
Jésus lui-même, sur la croix, n’a plus ressenti la proximité du Père. Il l’invoqua par la plus bouleversante des prières : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Parce qu’il a cru à l’amour du Père et s’est remis à nouveau entre ses mains, le Père l’a ressuscité d’entre les morts.
Comment faire grandir notre foi en sa présence ?
En le cherchant au milieu de nous. Il a promis d’être là où deux ou trois sont unis en son nom. Partageons entre nous ce que la Parole nous a permis de vivre et nous constaterons les fruits de sa présence : joie, paix, lumière, courage.
Il restera avec nous et nous continuerons à le sentir proche et agissant dans notre quotidien.