Juin 2003 : « Vous allez recevoir une puissance, celle du Saint Esprit qui viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins […] jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1, 8)

Ces paroles, Jésus ressuscité les adresse à ses apôtres avant de monter au ciel. Il avait accompli la mission reçue du Père : il avait vécu, était mort et ressuscité pour libérer l’humanité du mal, la réconcilier avec Dieu, l’unifier en une seule famille. Maintenant, avant de retourner vers le Père, il confie à ses apôtres la tâche de continuer son œuvre et d’être ses témoins dans le monde entier.
Cette mission les dépasse infiniment, Jésus le sait bien. C’est pour cela qu’il leur promet l’Esprit Saint, lui qui, à la Pentecôte, transformera les simples pêcheurs craintifs de Galilée en courageux annonciateurs de l’Évangile. Rien ne pourra plus les arrêter. À tous ceux qui voudront les empêcher de témoigner, ils répondront : « Nous ne pouvons pas taire ce que nous avons vu et entendu » .
À travers les apôtres, Jésus confie la tâche de témoigner à l’Église entière. C’est l’expérience de la première communauté chrétienne de Jérusalem qui, vivant « dans l’allégresse et la simplicité du cœur » attirait chaque jour de nouveaux membres . C’est aussi celle des membres de la première communauté de l’apôtre Jean. Ils annonçaient ce qu’ils avaient entendu, vu de leurs yeux, contemplé et touché de leurs mains, c’est-à-dire le Verbe de la vie…
Avec la foi et le baptême, nous aussi nous avons reçu l’Esprit Saint (Ac 2,38). Il nous pousse à témoigner et à annoncer l’Évangile. Et à nous aussi, Jésus assure :

« Vous allez recevoir une puissance, celle du Saint Esprit qui viendra sur vous.

C’est lui, le don du Seigneur ressuscité. Il habite en nous comme en son temple, il nous éclaire et il nous guide. Esprit de vérité, il fait comprendre les paroles de Jésus, les rend vivantes et actuelles, nous fait aimer la sagesse, nous suggère ce que nous devons dire et comment le faire. Esprit d’amour, il nous enflamme de son amour même, nous rend capables d’aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme, de toutes nos forces, et d’aimer tous ceux que nous rencontrons sur notre chemin. Esprit de force, il nous donne le courage et la force d’être cohérents avec l’Évangile et de toujours témoigner de la vérité. Seul le feu de l’amour qu’il insuffle dans nos cœurs nous permet d’accomplir la grande mission que Jésus nous confie :

« vous serez alors mes témoins… »

Comment être témoins de Jésus ? En vivant la vie nouvelle qu’il a apportée sur la terre, l’amour, et en en montrant les fruits. Je dois suivre l’Esprit Saint qui, chaque fois que je rencontre un frère ou une sœur, me rend prêt à me « faire un » avec lui ou avec elle, à les servir à la perfection ; qui me donne la force de les aimer lorsque je les considère comme mes ennemis ; qui emplit mon cœur de miséricorde pour savoir pardonner et me préoccuper de leurs besoins ; qui me pousse à communiquer, au moment opportun ce que j’ai de plus beau dans le cœur…
À travers mon amour, c’est celui de Jésus qui se révèle et se transmet. Pensons à la loupe qui concentre les rayons du soleil. Elle peut enflammer ainsi une touffe d’herbe, alors que, mise directement face au soleil, celle-ci ne prend pas feu. Cela se produit parfois pour ceux que la religion semble laisser indifférents. Si Dieu le veut, ils peuvent eux aussi s’enflammer en rencontrant quelqu’un qui participe à l’amour de Dieu. Une telle personne joue alors le rôle de la loupe qui éclaire et enflamme.
Avec cet amour de Dieu dans le cœur, et grâce à lui, on peut aller loin, et faire partager notre découverte à bien d’autres :

«… jusqu’aux extrémités de la terre. »

Les « extrémités de la terre » ne sont pas simplement géographiques. Elles indiquent aussi, par exemple, des personnes proches de nous qui n’ont pas encore eu la joie de connaître véritablement l’Évangile. Notre témoignage doit les pousser jusque-là.
Nous voulons vivre la « règle d’or », présente dans toutes les religions : faire aux autres ce que nous voudrions qu’ils fassent pour nous.
L’amour de Jésus nous demande également de nous « faire un » avec chacun, dans le complet oubli de soi, jusqu’à ce que l’autre, doucement touché par l’amour de Dieu en nous, veuille se « faire un » avec nous, dans un échange réciproque d’aides, d’idéaux, de projets, d’affection. Nous pourrons alors seulement nous mettre à parler, et ce sera un don, dans la réciprocité de l’amour.
Que Dieu fasse de nous ses témoins devant les hommes afin qu’au Ciel, Jésus – comme il nous l’a promis – se déclare pour nous devant son Père .