Avril 2003 : « Non pas ce que je veux, mais ce que tu veux !  » (Mc 14, 36)

Jésus est au jardin des oliviers, sur le domaine appelé Gethsémani. L’heure tant attendue est arrivée, moment crucial de toute son existence. Il tombe à terre et supplie Dieu en l’appelant « Père » avec une tendresse confiante. Il lui demande « d’écarter de lui cette coupe », expression qui signifie sa passion et sa mort. Il lui demande que cette épreuve passe loin de lui… et finalement Jésus s’en remet complètement à la volonté de son Père.

« Non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ! »

Jésus sait que sa passion n’est pas un événement imprévu, lié à la seule décision des hommes. Ce sont les hommes qui ont rejeté et condamné Jésus, mais la « coupe » appartient au dessein de Dieu. Elle vient des mains du Père.
Jésus nous enseigne que le Père a un dessein d’amour sur chacun d’entre nous et nous aime tous d’un amour personnel. Si nous y croyons et y répondons par notre amour – voilà la condition – tout concourt à notre bien. Pour Jésus, rien n’est arrivé par hasard, pas même sa passion et sa mort. Et puis il y a eu la Résurrection, que nous célébrons solennellement ce mois.
L’exemple de Jésus, le Ressuscité, doit illuminer notre vie. Tout ce qui nous arrive, et notamment tout ce qui nous fait souffrir, est à lire comme une volonté de Dieu qui nous aime ou une permission de sa part, toujours due à son amour. Alors tout prendra un sens dans notre vie, tout servira, même ce qui nous apparaît sur le moment incompréhensible et absurde, même ce qui, comme pour Jésus, peut nous précipiter dans une angoisse mortelle. Il suffira qu’avec lui nous sachions répéter, dans un acte de confiance totale envers l’amour du Père :

« Non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ! »

Ce qu’il veut, c’est que nous vivions notre vie, que nous profitions avec gratitude des dons de la vie. La volonté de Dieu est bien différente de ce que nous pensons parfois : une perspective, notamment douloureuse, à laquelle il faut se résigner, ou une succession d’actes monotones formant la trame de notre existence.
Pour nous donner sa vie en plénitude, Dieu nous fait connaître sa volonté par la voix de notre conscience et nous invite à la suivre. C’est ainsi qu’il nous manifeste son amour.
Nous pourrions nous la représenter par l’image du soleil et de ses rayons. Les rayons sont comme sa volonté sur chacun de nous. Chacun chemine sur un rayon, dans la volonté de Dieu sur lui, distinct du rayon de celui qui est à côté de lui, mais appartenant au même soleil. Nous tous, donc, nous ne faisons qu’une seule volonté, celle de Dieu, mais elle prend des formes différentes pour chacun. D’ailleurs, plus les rayons se rapprochent du soleil, plus ils deviennent proches les uns des autres. Nous aussi, plus nous nous rapprochons de Dieu, en accomplissant de manière toujours plus parfaite sa volonté, plus nous nous rapprochons entre nous… jusqu’au jour où nous serons tous un.
Vivre ainsi peut transformer notre vie. Au lieu de ne fréquenter que ceux qui nous plaisent et de n’aimer que ceux-là, nous pouvons approcher tous ceux que la volonté de Dieu met à nos côtés. Au lieu de choisir de faire ce qui nous plaît, nous pouvons donner la préférence à ce que la volonté de Dieu nous suggère. En étant entièrement projetés dans la divine volonté de l’instant (« ce que tu veux »), nous serons tout naturellement détachés de notre moi (« non pas ce que je veux »).
Et en cherchant Dieu seul, ce n’est pas le détachement pour lui-même que l’on recherche, mais on le trouve de fait. Alors notre joie sera pleine. Il suffit de se couler dans le moment qui passe en accomplissant, à cet instant, la volonté de Dieu, en répétant :

« Non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ! »

Le moment passé n’est plus et le futur pas encore là. Nous ne pouvons aimer Dieu que dans le présent qui nous est donné, en lui disant notre propre « oui », à sa volonté. Un voyageur dans le train arriverait-il plus vite à destination en avançant dans le couloir du wagon ? Comme lui, restons assis à notre place, dans le moment présent. Le train du temps avance tout seul.
Aimons donc ce sourire à donner, ce travail à accomplir, cette voiture à conduire, ce repas à préparer, cette activité à organiser, et celui qui souffre à côté de nous.
L’épreuve et la souffrance ne doivent pas non plus nous effrayer si, avec Jésus, nous savons y reconnaître la volonté de Dieu, ou plutôt son amour pour chacun de nous. Et nous pourrons lui adresser cette prière :
« Seigneur, donne-moi de ne rien craindre, car tout ce qui arrivera ne proviendra que de ta volonté ! Seigneur, donne-moi de ne rien désirer, car rien n’est plus désirable que ta seule volonté.
Qu’importe la vie ? Ta volonté importe.
Donne-moi de n’être effrayé par rien, car en toute chose réside ta volonté. Donne-moi de ne me glorifier de rien, car tout vient de ta volonté. »